Le philosophe et l’araignée d’Héraclite à Nietzsche

Depuis longtemps, j’ai les araignées en horreur, et ce n’est pas un hasard si elles tissent leurs toiles dans nombre de mes récits. Elles sont tout bonnement fascinantes. Après avoir survécu à de nombreux documentaires, aux images effrayantes propagées par le Web, la symbolique et le sens véhiculés par ces bestioles ne cessent de repousser l’horreur qui me hante.

C’est à ce titre que je vous propose de chasser les représentations négatives de la bête, par la lecture de ce texte : « Le philosophe et l’araignée d’Héraclite à Nietzsche » de Sylvie Ballestra-Puech via Hippocampe

Cette sculpture de Louise Bourgeois illustre ce texte à merveille

« monstre textile« 

4 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. gaïa dit :

    Louise Bourgeois est l’une de mes sculptrices préférées. C’était un personnage comme on en fait peu et la symbolique de l’araignée chez elle la rend presque sympathique. Elle l’appelait mamma en hommage à sa propre mère. Je garde en mémoire ces mots qui font résonance en moi. I do, i undo, i redo. C’est l’histoire de la vie résumée en quelques mots.
    Si l’on se réfère à la mythologie grecque, l’araignée est le symbole vivant du délit d’orgueil.

    J'aime

    1. egouvernaire dit :

      Merci pour ce complément d’information :😊Je connais assez mal son œuvre mais chacune de ses sculptures que j’ai pu voir m’ont marqué. Particulièrement ses araignées bien entendu 😀

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s