Souvenirs De Richard Matheson

Richard Matheson, l’un des géants de la littérature fantastique moderne, écrivain et scénariste américain, né le 20 février 1926, vient de mourir à l’âge de 87 ans.

Matheson-Portrait

Mon premier souvenir, lié à Matheson, est le téléfilm réalisé par Steven Spielberg, dont il avait écrit le scénario à partir d’une de ses nouvelles (qui lui avait été inspirée par sa rencontre avec un camion étrange le jour même de l’assassinat de JFK) : l’histoire d’un automobiliste terrorisé par un camion menaçant, et qui s’avèrera être, selon ses propres dires, l’une de ses meilleures expériences professionnelles. Matheson ne cessera jamais de chanter les louanges de ce « jeune réalisateur » dont le téléfilm, baptisé DUEL, sera exploité en salles en Europe, devenant ainsi un très gros succès commerciale qui lancera la carrière de Spielberg.

Matheson-Duel

Grand amateur de la Quatrième Dimension [Twilight Zone de Rob Sterling], je n’ai appris que plus tard, qu’il était devenu l’un des auteurs-phare de cette série créée par Rod Serling (il écrira en tout 16 épisodes) et participera également à l’écriture de quelques épisode de Star Trek (la série original de Gene Roddenberry).

Matheson-Twilight

Matheson est également l'auteur de nombreux scénarios de films dont j’étais fan, et notamment, L’Homme qui rétrécit, réalisé par Jack Arnold en 1957, dont il a adapté son roman pour le grand écran. C'est avec ce film que j'ai réalisé l'importance du point de vue, et combien le changement d'échelle ou de perspective sur un sujet, change la manière de l'appréhender- l'araignée que l'on écrase négligemment a taille réelle, devient un véritable cauchemard à taille réduite, une hantise on est la proie- De la même maniere, dans la vie de tous les jours, certains petits détails prennent dans certaines circonstances, une importance considérable.

Matheson-ShrinkingMan

En 1964, l’auteur co-signe le scénario de « The Last Man On Earth », co-production américano-italienne d’Ubaldo Ragona et Sidney Salkow, et première adaptation officielle de son roman « Je Suis Une Légende » (dont elle reprendra le titre uniquement en France).

Matheson-LastMan

Une seconde adaptation de son roman sera réaliser sans lui en 1971. Réalisé par Boris Sagal, « Le Survivant » (The Omega Man), avec Charleton Heston dans le role titre, transpose le thriller fantastique en un film de science-fiction. Malgré toutes les trahisons de ce film, j'adore toujours son atmosphère et je le revois souvent avec plaisir, contrairement à son remake sans saveurs sortie en 2007, avec Will Smith.

J’ai eu la chance découvrir le roman, « Je Suis Une Légende », sans rien savoir de l'intrigue, ni même du sujet. J’avais évité de lire la quatrième de couverture et fuis toute information sur le livre pour le découvrir de À à Z. Et je n'ai pas été déçu. L’histoire m’a véritablement captivée. Un grand moment de lecture et un souvenir inoubliable, dont je n'évoquerais rien, pour ne pas déflorer le propos aux nouveaux lecteurs, qui auraient la chance, à leur tour, de faire l'expérience d'un récit palpitant !

Matheson-BookLegend

Diplômé de l’Université du Missouri, Richard Matheson débute sa carrière en tant que journaliste. Sa première nouvelle, le Journal d’un Monstre [Born of man and Woman, 1950] connait un certain succès, alors que lui-même la trouve « incohérente » : elle raconte comment un enfant monstrueux en vient à haïr profondément ses parents. Tout ce qu’il écrit ensuite est marqué comme ce premier texte par l’Etrange. Souvent il cherche à donner des explications physiques aux phénomènes qu’il décrit. Mais cela n’est jamais très « cohérent » et d’ailleurs tout le monde s’en moque : à partir d’intrigues abracadabrantes, il réussit à mener le lecteur plus loin sur les terres du surnaturel, et de l’angoisse. Matheson est très vite récupéré par le cinéma et la télévision.

Richard Matheson, qui est aussi l’auteur de plus de 200 nouvelles, signe également des adaptations des contes d’Edgar A. Poe. Il est cité comme référence aujourd’hui par tous les grands pontes du roman d’horreur, notamment Stephen King et Dean Koontz. Son dernier roman paru en français est A sept pas de minuit [1995]

Voir l’article hommage de Capture Mag pour approfondir

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s