Avons-nous oublié John Carpenter ?

In France, I’m an auteur- in Germany, a filmmaker- in Britain, a genre film director- and, in the USA, a bum.

JOHN CARPENTER

Carpenter-TheThingFrance Inter nous propose de revisiter la carrière du réalisateur. L’émission, PENDANT LES TRAVAUX, LE CINÉMA RESTE OUVERT, apporte un éclairage sur sa carrière jalonnée de film culte, qui a progressivement déclinée des radars critiques, en nous livrant des films moins inspirés, dont le dernier en date n’est même pas sorti dans les salles Françaises. Carpenter semble avoir baissé les bras, fatigué de lutter contre les studios pour imposer sa vision, marginale et entière, violente et sincère.

Jean-Baptiste Thoret et Stéphane Bou posent donc la question question suivante :

Avons-nous oublié John Carpenter ? [85:53]

Carpenter-Assault-Bandeau « Sans lui, le cinéma américain de ces quarante dernières années n’aurait pas eu tout à fait la même saveur ni le même visage : celui d’un tueur masqué terrorisant le soir d’Halloween une petite bourgade paisible des Etats-Unis, celui d’un brouillard meurtrier peuplé de fantômes vengeurs, ou encore d’une entité effroyable capable de dupliquer ceux qu’elle absorbe… « Assaut », « Prince des ténèbres », « The Thing », « Le Village des damnés », « Halloween », « Christine », « New York 1997 », les titres des films de Carpenter claquent comme autant d’expériences de peur et de ravissement, de trouille et d’émerveillement. Né en 1948 à Carthage dans l’Etat de New York, John Carpenter passe son enfance à Bowling Green, une petite ville du Kentucky. Il se passionne très tôt pour la science-fiction et le fantastique. Après avoir étudié le cinéma à l’université, il saisit en 1976 l’opportunité que lui offre un producteur de réaliser un western. Il lui faut à peine huit jours et une poignée de dollars pour écrire le script de « Assault », un classique instantané, un chef d’oeuvre d’économie et de précision. Comme la plupart des cinéastes de genre ayant émergé au cours des années 1970, Carpenter fut longtemps méprisé par la critique institutionnelle qui, dans les années 1990, opéra un spectaculaire revirement et lui offrit enfin la reconnaissance et la place la plus haute qui lui revenaient. Mais depuis une quinzaine d’années, Carpenter a progressivement disparu des radars critiques, livrant des films moins inspirés, comme « Ghost of Mars » ou le récent « The Ward » qui, en France, n’est même pas sorti en salles. Carpenter semble avoir baissé les bras, fatigué de lutter contre les studios pour imposer sa vision, marginale et entière, violente et sincère. Et nous, ne l’aurions-nous pas abandonné ? »

PENDANT LES TRAVAUX, LE CINÉMA RESTE OUVERT par Jean-Baptiste Thoret, Stéphane Bou

Impossible d’oublier ça🙂

BIG TROUBLE IN LITTLE CHINA, 1986

Carpenter-JackBurtonPoster

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s