De Hiroshima mon amour à Aimer, boire et chanter !

Parmi les Films d’Alain Resnais, ces deux là font partis de ceux que j’aime voir et revoir, avec deux de ses acteurs fétiches, Pierre Arditi et Sabine Azéma.

De « Hiroshima mon amour » à « Aimer, boire et chanter » (attendu le 26 mars)

Alain Resnaistop_home_image

Illustration reprise du ivre « Alain Resnais » de Jean-Luc Douin, aux Editions la Martinière; Lamartinière

Ci dessous le portait réalisé par le nouvel observateur

Cinéaste de la mémoire et de l’imaginaire, éclectique et inclassable, Alain Resnais, est décédé samedi à l’âge de 91 ans., a marqué l’histoire du cinéma français d’oeuvres majeures. Dans ses quelque vingt longs métrages, écrits souvent par des écrivains réputés comme Marguerite DurasAlain Robbe-Grillet ou Jorge Semprun, il n’a cessé d’explorer les liens entre l’image et l’écriture, renouvelant constamment son champ d’inspiration.

Né le 3 juin 1922 à Vannes (Morbihan), fils de pharmacien, le jeune Resnais se passionne très tôt pour la littérature. A 13 ans, il tourne un court-métrage, « Fantômas« , puis s’inscrit, après des études secondaires inachevées, à l’Idhec, en 1943. Il débute comme monteur, puis se tourne vers le film d’art. « Van Gogh » (1946), « Guernica » (1950), « Gauguin » (1951), « Les statues meurent aussi » (1953), couronnés dans de nombreux festivals, assurent la réputation de documentariste de Resnais, confirmée de façon éclatante par « Nuit et brouillard » (1955), une évocation des camps de la mort nazis.

Les récits éclatés et la poésie insolite de ses premiers long métrages, « Hiroshima mon amour »(1958) et « L’année dernière à Marienbad » (1961) surprennent le public et la critique. « Muriel » (1962) et « La guerre est finie » (1966), méditations sur la mémoire, la guerre et l’engagement, affirment la singularité et le talent du cinéaste. Après deux films mineurs, « Je t’aime, je t’aime » (1968) et « Stavisky » (1974), interprété par Jean-Paul Belmondo, il signe, avec « Providence » (1976), une subtile réflexion sur la création littéraire, saluée unanimement comme un chef-d’oeuvre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s