Une étymologie du Geek !

Voici une étymologie du terme et son évolution depuis le moyen âge à nos jours. D’après la définition que l’on peut trouver sur Wikipedia : L’archétype classique du geek est celui de l’adolescent passionné d’électronique ou d’informatique. Cette passion s’exprime concrètement à travers de nombreuses activités, telles que le jeu de rôle, le cinéma, lesséries télévisées, les jeux vidéo, la bande dessinée, le manga ou encore laprogrammation informatique. Il y a souvent confusion entre les geeks, les nolifes, les Gamers et les nerds.

Geek-Evolution

Au moyen âge

GECK

#Fou #Espiègle #Hors-norme

Orson Wells était un Geck !

Geek-Portrait

Au moyen âge, le terme allemand GECK désigne l’idiot du village, un fou, un homme espiègle, ou quelqu’un de hors norme.

Falstaff, Chimes at Midnight, by Orson Wells (1965)

GeekPoster-chimes-at-midnight-(falstaff)-poster

Au moyen âge

GEKE

Alexandre Barclay

(1515)

Mais la toute première référence précise de ce mot remonte aux alentours de 1515, dans un vers d’un moine et poète écossais d’Alexandre Barclay (1475-1522).

He is a foole, a sotte, and a geke », dit un de ses vers, et les deux mots qui précèdent le « geke » suffisent à en éclairer le sens: un fou, un sot- Alexandre Barclay

On sait de Barclay qu’il parlait bien latin et français, et qu’il aurait voyagé en Italie et en France. Il commence d’ailleurs sa carrière littéraire en 1503 avec des traductions d’oeuvres françaises et est l’auteur, en 1521, d’une « Introductory to write and to pronounce Frenche ». (source: The Cambridge History of English and American Literature)

 

William Shakespeare’s Star Wars by Ian Doescher

Geek-star-wars-style-of-william-shakespeare-header

Au moyen âge

GECK

William Shakespeare

(La Nuit des Rois – 1601)

Après Barclay, le « geek » a laissé plusieurs traces littéraires. Chez le plus célèbre William Shakespeare notamment. En 1601, dans « La Nuit des Rois », tirade de Malvolio (Acte V, scène 1)

Why have you suffer’d me to be imprison’d,
Kept in a dark house, visited by the priest,
And made the most notorious geck and gull
That e’er invention play’d on? Tell me why-William Shakespeare

Voici la traduction de la Pléiade, oeuvre de François-Victor Hugo (le fils de…):

Pourquoi avez-vous permis que je fusse emprisonné,
enfermé dans une chambre noire, visité par un prêtre,
et que je devinsse le plastron le plus ridicule
que jamais mystification ait joué ? Expliquez moi pourquoi ?

« Plastron », d’après Trésor de la Langue Française signifie : Personne, objet qui est en butte aux railleries, aux attaques plaisantes. Servir de plastron à qqn, être le plastron des railleries de qqn. C’étaient ses plastrons et ses têtes de Turc (LARBAUD, F. Marquez, 1911, p.39). Il faisait d’eux ses plastrons, il s’exerçait à mépriser l’humanité en leur personne. SAINTE-BEUVE, Caus. lundis, t.3, 1850, p.201.

Victor Hugo (dont certaines sources indiquent qu’il est un traducteur controversé) traduit deux mots « geck » et « gull » par un seul « plastron ». Gull, qui a donné « Seagull » le goéland, désigne les oiseaux marins mais aussi une personne facile à tromper, à duper.

Deuxième occurrence chez William S, dans Cymbeline, une oeuvre tardive écrite vers 1609. A l’acte V, scène 4:

Why did you suffer Iachimo,
Slight thing of Italy,
To taint his nobler heart and brain
With needless jealosy;
And to become the geck and scorn
O’ th’ other’s villany?

Pour « scorn », le Merriam-Webster nous donne: « un objet d’extrême dédain et de dérision ». Ces deux occurrences chez Shakespeare renforcent le sens du geek idiot du village et tête de turc.

XVIII iem siècle

GEEK

Monstre de foire qui mange tout

Selon la trace méticuleusement suivie par l’Oxford English Dictionnary (OED), le terme fait sa première apparition sous son orthographe définitive en 1876, dans « A Glossary of Words Used in the Neighborhood of Whitby » (Pour découvrir sur Google Maps où ce lieu se situe). Geek y est assimilé aux formes Gawk, Gowk et Gowky, mais toujours avec ce sens d’idiot du village.

Freaks, la monstrueuse parade de Tod Browning (1932)

GeekFreaksFilms

Au début du XXe siècle, le mot traverse l’Atlantique et atterrit dans les cirques. Il y gagne cette fois un sens très spécifique. Le geek est un monstre de foire qui se distingue non pas par ce qu’il est – « femme à barbe ou frères siamois » -, mais par ce qu’il fait. En l’occurence, des choses assez malsaines du type « égorger des serpents ou des poulets vivants avec ses dents ». On trouve la trace de petites annonces passées par des hommes prêts à occuper ce poste de « geek man ».

Joseph Carey Merrick une bande dessinée de Denis Van P

Geek-JosephCareyMerrick

50’s 60’s

GEEK

#Passionné #Obsessionnel

On se rapproche du sens moderne du « geek » avec une référence dans une lettre de Jack Kerouac à Allan Gisberg, datée du 1er Octobre 1957: « Brooklyn College wanted me to lecture to eager students and big geek questions to answer… » En clair, des étudiants qui passent les nez dans leurs livres (et au passage, tout le contraire de Kerouac…).

Le mot science-fiction (d’abord écrit scientifiction) est apparu dans le pulp Amazing Stories

First issue of Amazing Stories, art by Frank R. Paul. This copy was autographed by Hugo Gernsback in 1965

Geek-Amazing_Stories,_April_1926._Volume_1,_Number_1

Il faut ensuite attendre Usenet pour voir la première utilisation de « geek » en tant qu’étiquette revendiquée. Un utilisateur poste une parodie de la traditionnelle chanson « American Pie » dans une version appelée Hacker Style. On y trouve cette phrase « I was a lonely young computer geek With a program due ‘most every week ». L’OED indique que ceci a été posté sur le groupe net.jokes le 20 février 1984.

Ce message a été retrouvé sur les archives Google Groups: Le posteur, Steve Maurer semble indiquer qu’il y a trois auteurs nommés Cathy Flint, Eric Griswold et Scott Neugroschl.

Chose amusante, la première revendication coïncide avec le premier usage sur un réseau informatique, et est placée juste à côté du mot « computer » dans une oeuvre caractéristique de « l’humour geek », bourré de référence informatique.

Cover of Wired issue 1.4 September/October 1993

Wired was among the first magazines to list the email address of its authors and contributor

Geek-Cover_of_Wired_issue_1.04_September_October_1993
Source de l’article

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s