L’Or Perdu du Rhin !

Dans le quatrième épisode de la série documentaire À LA RECHERCHE DU HOBBIT diffusée sur ARTE (ce dimanche 21 décembre), John Howe, illustrateur et directeur artistique des deux trilogies de Peter Jackson, nous fait découvrir les châteaux de la vallée du Rhin et les nombreuses légendes qui leur sont attachées, comme celle de Siegfried et de la Légende des Nibelungen, qui ont inspirés Tolkien dans l’élaboration de son œuvre.

L’Or Perdu du Rhin (26 min)

(4/5)

John Howe visite la région du Rhin moyen en Allemagne.
John Howe visite les châteaux de Pfaltz, Rheinfels, Marksburg et Drachenburg (Rhénanie-Palatinat), et Nibelungenhalle (Rhénanie-du-nord-Palatinat)
Seigfried, after digging a hollow in the track worn by the dragon as it comes to quench its thirst at a river, prepares to strike
Seigfried, after digging a hollow in the track worn by the dragon as it comes to quench its thirst at a river, prepares to strike

Les Nibelungen, dont le nom signifie ceux de l’obscurité, ou peut-être ceux du monde d’en bas sont les nains des légendes germaniques. Ils possédaient de grandes richesses qu’ils tiraient de leurs mines en dessous des montagnes, là où ils habitaient.

Arthur Rackham's Illustration to Wagner's The Ring
Arthur Rackham’s Illustration to Wagner’s The Ring

D’après C. Lecouteux, « Nibelung est formé du germanique nibel- (ancien haut-allemand : nëbel, ancien-saxon: nëbhal, ancien-bas allemand : nebble ou nibel, norrois nifl), “brume, brouillard, nuée”, apparenté au latin nebula, au grec νεφελη signifiant nuage, au vieux slave nebo signifiant ciel ou au sanscrit nabhasbrume, nuage, ciel ; -ing est un suffixe germanique qui établit un rapport d’appartenance et de parenté, de descendance […]. Nibelung est donc étymologiquement “le descendant ou le fils de la brume”, ce qui fait du pays auquel il donne son nom un empire mythique que nous pouvons rapprocher du Niflheimr norrois, “le Monde des Brouillards”, un des noms de l’empire des morts dans l’ancienne mythologie scandinave.».

Die-Nibelungen-SeigrifridChevalBrumes
Siegfried dans le le Monde des Brouillards par Fritz Lang, 1924

Les Nibelungen avaient pour roi Nibelung. Cette légende du XIIIe siècle qui récite les exploits du chevalier Siegfried, a inspiré Richard Wagner et sa tétralogie connue sous le nom de l’Anneau du Nibelung.

Die-Nibelungen-SeigrifridCheval
Siegfried, Fritz Lang, 1924

L’épopée médiévale est racontée dans La Chanson des Nibelungen.

La Chanson des Nibelungen : La plainteDanielle Buschinger, 2001

C'est ici que pour la première fois sont réunies, traduites dans une langue moderne, la Chanson des Nibelungen et la Plainte, écrites vers 1200 et associées dans tous les manuscrits du Moyen Age.
C’est ici que pour la première fois sont réunies, traduites dans une langue moderne, la Chanson des Nibelungen et la Plainte, écrites vers 1200 et associées dans tous les manuscrits du Moyen Age.

Die Nibelungen: Siegfried, Fritz Lang, 1924

Die Nibelungen: Siegfried (1924)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s