Tomorrowland : A la Poursuite d’un Optimisme Perdu !

Si vous avez raté ce film, voilà une chance de vous rattraper et de répondre à l’appel d’un merveilleux cinéaste.

tomorrowland-logo

Il se trouve que la vision apocalyptique du futur est devenue aujourd’hui LA vision prédominante. C’est la seule manière dont on envisage le futur. Tomorrowland entendait prendre le contrepied de cette représentation, montrer l’avenir sous des aspects plus conte de fée. Plus optimiste.

Brad Bird

Disney's TOMORROWLAND Casey (Britt Robertson) Ph: Kimberley French ©Disney 2015

Le Pitch

Une jeune fille rebelle de Floride recrutée par une mystérieuse jeune femme tente de ramener un inventeur vieillissant vers un monde utopique et idéal.

Disney's TOMORROWLAND Young Frank (Thomas Robinson) Ph: Kimberley French ©Disney 2015

Considéré à tort comme une propagande pro-Disney, uniquement parce que le début du film et quelques éléments de design renvoient à certaines sections des parcs à thèmes : Le Carousel of Progress de Walt Disney Resort en Floride, le manège It’s a Small World du Disneyland californien ou encore le Space Montain du parc de Marne la Vallée ; pourtant, le film de Brad Bird se sert intelligemment de l’héritage de Walt Disney par une mise en abyme très réussit (Tout le contraire d’un film comme Pirates des Caraïbes de Gore Verbinski, inspiré par l’attraction du même nom et qui nous sert une soupe à la tortue un brin amusante, mais fort bien formaté et inoffensive).

TomorrolandCollage

Tomorrowland n’est pas une attraction, c’est un lieu (…) un état d’esprit, une vision positive et lumineuse.

Brad Bird

En réalité, Brad Bird tire son scénario de la découverte fortuite de documents décrivant les attractions conçues par Walt Disney pour l’Exposition Universelle de New York en 1964 et s’en sert de « contexte narratif » pour son histoire. En 1955, les Américains avaient un optimise sans faille quant à l’idée qu’ils se faisaient du futur, notamment autour de toute la mythologie qui entourait la conquête spatiale. Or, avec le temps, cette vision s’est nettement assombrie. Le postulat de ce film est de renouer avec l’optimise d’antan. Les attractions conçues à l’époque par Disney servent de « point d’entré » vers un film d’aventure philosophique et esthétique.

Avec Tomorrowland, j’ai essayé de faire quelque chose de différent et on nous a laissé la liberté de le faire. En soit, c’est déjà un succès ! Il se trouve que la plupart des films que j’aime ont été des échecs au moment de leur sortie salle ; certains de mes Disney préférés comme Pinocchio, ou Le Magicien d’Oz et plus récemment The Big Lebowski. Même mon propre film Le Géant de fer

Brad Bird

3128_the-iron-giant-signature-edi_F8B3

Le film est en effet doté d’une structure narrative orignal, multipliant les allers-retours entre le passé et le présent. A la manière d’un grand huit, les illusions perdues, l’utopie et le monde réel s’y croisent et s’y recroisent dans diverses boucles narratives.

Casey (Britt Robertson)

Le cinéaste en appel aux spectateurs et leur demande de regarder le futur de manière plus lucide, plus enthousiaste, et débarrassé de l’idée que l’avenir de l’humanité est déjà écrit ou inéluctable.

Disney's TOMORROWLAND..Frank (George Clooney)..?Disney 2015

Mais ce futur de Cassandre m’angoisse parce qu’il dit clairement que les gens pensent ne plus avoir aucun pouvoir. Ils refusent de penser qu’ils peuvent façonner leur futur, notre futur. Pour revenir à votre question, Tomorrowland est un film Disney dans le sens où Walt envisageait l’avenir. L’optimisme, son excitation et sa capacité d’invention ! C’est le Disney d’Epcot, sa cité radieuse, l’un de ses derniers rêves qu’il n’a jamais pu réaliser. Epcot a occupé son imagination pendant des années. C’était un laboratoire d’idées.

Brad Bird

Après Mission Impossible Protocole Fantôme, le cinéaste a décliné l’offre de Disney pour réaliser le prochain épisode de « Star Wars : le réveil de la force » (au profit de J.J. Abrahams) – et c’est bien dommage !

tomorrowland-pin

Mais on comprend à la vision du film, pourquoi il a choisis de réaliser celui-ci avant tout. A la poursuite de demain est donc le deuxième film live de Brad Bird (Ratatouille et Les Indestructibles), à la fois film à message et pur divertissement, dont la réalisation et la mise en scène inventives sont sublimées par un montage impeccable.

tomorrowland54fa25d19980e

4 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Amélie dit :

    C’est un drôle de film, charmant et séduisant, lumineux, mais j’ai tout de même eu du mal à ne pas décrocher.

    Aimé par 1 personne

    1. egouvernaire dit :

      En général, c’est surtout le début du film en déconcerte beaucoup🙂 car après le premier tiers, ça devient plus classique.

      J'aime

  2. Amélie dit :

    Dans mon souvenir j’ai commencé à trouver le temps long vers le milieu.

    J'aime

  3. MarionRusty dit :

    Comme l’a dit https://viesdamelie.com/ précédemment, c’est charmant mais je n’ai pas réussi à me laisser prendre par le film. J’ai pourtant une grande admiration pour Brad Bird, et sa volonté de vouloir proposer un futur optimiste était admirable.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s