Concert fiction : Vingt Mille Lieues sous les Mers !

Nouvelle fiction radiophonique, l’Orchestre national de France nous invite pour une formidable aventure musicale, composée et dirigée par Didier Benetti, Le célèbre roman de Jules Verne est adapté par l’auteur et dramaturge Stéphane Michaka, et la produit par la Maison de la Radio.

20 000 lieues sous les mers (détail de l'affiche du film Disney)

Un exercice de sound design et de narration sonore une fois de plus très réussie avec en bonus, en la fin du programme, un entretien autour de l’œuvre de Jules Verne, mené par François Angelier, producteur de Mauvais genres. Il revient avec Didier Benetti, compositeur et chef d’orchestre, Cédric Aussir, réalisateur, Stéphane Michaka, écrivain, sur l’histoire de cette création : comment adapte-t-on Jules Verne, quel univers musical pour dire au mieux le monde sub-océanique et les mystères des abysses ?

Illustration d’Alphonse de Neuville

Vingt mille lieues sous les mers, Stéphane Michaka

Ecoutez l’émission spéciale du 2 Juillet 2016

Concert-Fiction suivi de Mauvais genres en public et en direct du studio 104 de la Maison de la radio

Cliquer ici pour accéder à l’enregistrement

Vers 1868, dans le Pacifique, un mystérieux monstre marin endommage des navires. L’Abraham-Lincoln, bâtiment de guerre de la marine américaine, part à la poursuite du monstre. A son bord, le professeur Aronnax, son domestique Conseil et le harponneur Ned Land. Aronnax rêve de rapporter l’éperon de l’animal au Muséum d’histoire naturelle. Mais lorsque, échappant de peu à la noyade, le savant se retrouve dans le ventre du monstre, toutes ses hypothèses s’effondrent : l’animal fabuleux n’est pas l’œuvre du Créateur mais celle d’un certain capitaine Nemo. Pour Aronnax et ses compagnons, c’est le début d’un prodigieux voyage à travers les eaux…

Orgue
L’orgue de L’Orchestre National de France, dirigé par Didier benetti • Crédits : Radio France – Radio France

Il existe entre l’orgue de Nemo et le Nautilus de curieux rapports d’analogie. L’orgue, composé de tuyaux, de mécanismes complexes, est une métonymie du sous-marin, une partie prise pour le tout. L’orgue vise à produire un effet de sublimation que Jules Verne qualifie plusieurs fois d’extase musicale… En ce sens, la musique est à l’orgue, ce que l’électricité est au Nautilus : des fluides qui baignent la machine et la mettent en communication immédiate avec l’univers. Ce sont des moyens de dépassement. Et la mer apparaît comme le lieu symphonique où la machine et la musique viennent se fondre dans une unité suprême. L’électricité, la musique et la mer sont dans Vingt mille lieues sous les mers les trois composantes d’une même harmonie », écrivait Jacques Noiray, dans la préface de l’édition Folio (Gallimard 2005) – source

Numérisation: René Paul jv@dsc-multimedia.com
Illustration de Alphonse de Neuville

Crédits

Professeur Aronnax : Gabriel Dufay

Conseil : Sylvain Levitte

Ned Land : Clément Bresson

Capitaine Nemo : Eriq Ebouaney

Copilote : Antoine Sastre

Sound Design : Sophie Bissantz et Elodie Fiat

Réalisation: Cédric Aussir

Musique originale et direction d’orchestre : Didier Benetti

Conseillère littéraire : Caroline Ouazana

Et en bonus cette magnifique illustration

Illustration : Annie Carbo
Illustration : Annie Carbo

Emoji-LLP

Suivez moi sur

facebook / google+ / twitter / linkedin / viadeo / pinterest

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s