Brainstorming : Les 5 Conseils d’Asimov pour vous Booster les Positrons !

Voici les cinq conseils rédigés l’écrivain Isaac Asimov pour organiser efficacement des séances de brainstorming. L’Auteur de science-fiction les a établis en 1959, en participant à des sessions de réflexions pour le compte de la DARPA (l’agence américaine en charge des projets de recherche avancés pour la défense). Recruté par son ami, le scientifique Arthur Obermayer, l’Auteur a vite désertées ces réunions de travail, mais elles lui ont inspirées un texte sur la créativité.

Ralph McQuarrie illustrations for Robot Visions by Isaac Asimov

Plus d’un demi-siècle plus tard, son ami est retombé sur ce texte et a décidé de le publier. À lire en version original ici : Isaac Asimov Asks, « How Do People Get New Ideas ? ».

Ses principaux conseils sont assez courant, mais ce sont surtout les détails ci-après qui me paraissent importants.

  1. Rassembler des connaisseurs et des excentriques
  2. Créer une ambiance de travail ouverte aux réflexions stupides
  3. Pas plus de cinq participants en même temps
  4. Cultiver l’informel et éliminer le sentiment de responsabilité
  5. Trouver un psychanalyste et un arbitre

Et dans le détail

1. Rassembler des connaisseurs et des excentriques

Pour Isaac Asimov, le processus de créativité est similaire dans tous les domaines de recherche. La grande idée ne sort pas de nulle part, mais d’une connexion inattendue de plusieurs faits ou idées déjà étudiés. Pour faire émerger un concept inédit, il faut donc rassembler des personnes ayant des connaissances fines du sujet en question et d’autres qui n’ont pas peur de proposer des rapprochements un peu fous.

Si cette connexion n’a pas nécessité d’audace, c’est qu’elle n’est qu’une idée corollaire à une idée plus ancienne. Une grande innovation ne devient raisonnable qu’après avoir émergé.

2. Créer une ambiance de travail ouverte aux réflexions stupides

Une fois les bonnes personnes rassemblées autour d’une même table, rien n’est encore gagné. Isaac Asimov cherche alors le moyen de les persuader de laisser libre cours à leur imagination. Pour cela, il faut une grande liberté de ton et de propos.

Le plus important est de laisser une certaine quiétude et permissivité. Le monde, en général, désapprouve la créativité, et être créatif en public est particulièrement mal vu. Même émettre une supposition en public semble inquiétant. En session de réflexion, les personnes doivent avoir le sentiment qu’on ne les désapprouvera pas.

Ainsi, deux types de personnes doivent être écartés de ces sessions :

  • Ceux qui ne seraient pas prêts à entendre des idées stupides et déstabiliseraient ainsi les autres.
  • Et ceux qui auraient une réputation à ne pas perdre ou une autorité trop forte et réduiraient l’assemblée à une obéissance passive.

L’écrivain insiste :

Même si ces personnes sont individuellement très intéressantes, elles risquent de neutraliser les autres.

3. Pas plus de cinq participants en même temps

Isaac Assimov met aussi en garde contre la volonté de multiplier les membres de ces sessions de réflexions.

Le nombre optimal de personnes dans chaque groupe ne doit pas être très élevé. Cinq personnes maximum sont nécessaires. Un nombre plus élevé permettrait d’apporter davantage d’informations, mais la tension créée par l’attente de pouvoir s’exprimer peut devenir très frustrante.

L’auteur préconise donc de faire varier les participants plutôt que d’imposer la venue de tout le monde, en même temps.

4. Cultiver l’informel et éliminer le sentiment de responsabilité

Malgré le caractère très sérieux des recherches militaires auxquels il participe, Isaac Asimov préconise de cultiver une certaine légèreté dans ces sessions de recherche.

La jovialité, l’usage des prénoms, les blagues, sont — je pense — à l’origine des idées. Pas en eux-mêmes, mais parce qu’ils participent à l’enthousiasme qui doit accompagner de la folie créatrice.

Ainsi, il délaisse volontiers les salles de conférences austères pour réunir les groupes chez l’un des participants ou autour d’un dîner au restaurant.

De plus, le fait de se sentir coupable de ne pas avoir eu une de bonne idée est la manière la plus sûre de ne jamais faire émerger cette bonne idée.

La chose qui inhibe le plus cette créativité est sûrement le sentiment de responsabilité. Les plus grandes idées des derniers siècles sont venues de personnes qui n’étaient pas payées pour avoir cette idée. […] Les idées sortent des portes secondaires.

5. Trouver un psychanalyste et un arbitre

Pour faire émerger des idées enfouies profondément, il faut aider les participants à stimuler leur créativité.

Il faut qu’une personne ait un rôle proche de celui du psychanalyste, c’est-à-dire poser les bonnes questions pour laisser les personnes parler de leur passé afin d’obtenir de nouvelles connaissances.

Les sessions de réflexions collectives ne doivent pas non plus être en dehors de toutes règles. Pour cela, un autre personnage clé doit être présent : l’arbitre. Selon Isaac Asimov, celui-ci doit poser des repères dans le débat et guider les réflexions vers le sujet central.

Selon l’auteur, si vous respectez ces règles, les dispositifs artificiels pour stimuler la créativité ne vous seront plus être nécessaires. Les idées ne devraient pas tarder à arriver.

Ralph McQuarrie illustrations for Robot Visions by Isaac Asimov

Robot Visions by Isaac Asimov

Source : Les cinq commandements d’Isaac Asimov pour trouver une idée géniale – 24 décembre 2015 – L’Obs

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s