Quand Kim Jung-gi dessine l’univers de Bong Joon-ho !

le

Superbe performance de l’artiste de bande dessinée coréen Kim Jung-gi lors d’un « drawing shows » et qui rend hommage à l’univers des films de son compatriote Bong Joon-ho, réalisateur de #Parasite, dernier long métrage primé par la Palme d’or du 72e festival de #Cannes2019.

On reconnait dans cette composition de l’illustrateur, tous les films de Bong Joon-hoBarking Dog (2000), Memories of Murder (2003), The Host (2006), Mother (2009), Snowpiercer le Transperceneige (2013), Okja (2017), Parasite (2019).

Kim Jung-gi est capable de dessiner en quelques heures, des fresques monumentales sans esquisses au crayon, ni de dessins préparatoires et forment des compositions d’une richesse incomparable. 

Son organisation de l’espace et ses mises en scènes spectaculaires semblent préparées et pourtant, il n’en est rien. 

Sa capacité à représenter des mises en scènes complexes sans l’aide de références est son atout le plus remarquable. Comme le montrent les vidéos de ses performances, des idées complètement formées semblent lui venir naturellement à l’esprit et chaque partie du dessin est reconstituée comme si elle existait déjà, alors qu’elle est le fruit d’une improvisation.

Kim Jung-gi portrait

La performance graphique (« drawing shows ») n’est pas inscrite dans la tradition asiatique. Bien sûr, il y a eu des précédents célèbres comme Hokusaï au Japon, mais généralement on n’aime pas trop montrer le processus de création, on dit chez nous qu’il est plus sage de cacher ses secrets. Je suis habitué à dessiner en public, ça m’amuse et j’aime surprendre les gens ; au collège, je faisais déjà le spectacle. Mais je n’imaginais pas qu’un jour je ferais des tournées internationales comme une rock star !

– Kim Jung-gi

Voir aussi cette superbe série de cochons

Lors de ces performances graphiques, il réalise des moyens formats ou de grandes pièces allant jusqu’à 5 mètres de large, sur des thèmes et une gamme de genre très vaste : Héroic fantasy, Caricatures, batailles homériques, Science Fiction, Polar/gangsters, scènes de rue, bacchanales débridées, portraits intimistes, monstres hybrides, univers fantasmagorique ou érotique, et même du Marvel.

Pour en voir plus, vous pouvez notamment vous rendre sur ce blog dédié à Kim Jung-gi (à noter que ‘Kim’ est son nom de famille !)

Et pour Bong Joon-ho que j’adore, son film sort le 5 juin prochain (2019).

Parasite de Bong Joon-ho (Palme d’Or 2019)

SourcesDrawings from Memory by Kim Jung Gi + Kim Jung-Gi, magicien de l’illustration : “Devant la feuille blanche, je ne sais pas ce que je vais dessiner”

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.